Suggestions du Club de lecture (octobre 2018)

Chères lectrices, chers lecteurs, voici les suggestions du Club de lecture pour le mois d’octobre 2018:

MENEGAUX, Mathieu. Je me suis tue (2015)
DUSAPIN, Elise Shua. Hiver à Sokcho (2016)
ROTH, Philip. Portnoy et son complexe* (1969)
LANÇON, Philippe. Le lambeau* (2018)
HEGLAND, Jean. Dans la forêt* (1996)
SERVIGNE, Pablo. Comment tout peut s’effondrer : petit manuel de collapsologie à l’usage des générations présentes (2015)

* Disponible à Sésame


Site recommandé par les membres du Club de lecture :
http://www.babelio.com/

Prochain Club de lecture, le mardi 13 novembre 2018
Animation et contact : Véronique Camus – vroniquecamus@gmail.com
Plus d’infos sur www.mabiblio.be. Inscrivez-vous à notre newsletter sur www.1030culture.be.

N’hésitez pas à laisser un commentaire ou une critique à propos d’un des livres cités ci-avant.

2 réflexions au sujet de « Suggestions du Club de lecture (octobre 2018) »

  1. Hiver à Sokcho – Elise Shua Dusapin :
    Un premier roman comme un souffle. L’écriture est concise, suggérée et pourtant tout est dit. Une jeune franco-coréenne, qui travaille dans une sorte de pension de famille morose, à Sokcho, une petite ville coréenne située à l’extrémité nord-est du pays, au bord de la mer du Japon, voit un jour arriver un nouveau client, qui détonne parmi les autres hôtes : il s’agit d’un jeune français, auteur de bandes-dessinées.
    Une relation se tisse peu à peu entre ces deux êtres, au fil des jours. Et en parallèle de cet bouffée d’air que représente le français, le maintien ou la lente déliquescence des liens de la jeune fille avec ses origines, sa mère, son petit ami.

    Hâte de lire le second ouvrage de cette jeune auteure !

  2. Dans la forêt – Jean Hegland
    Une maison en lisière de forêt, Nell 18 ans et Eva, 17 ans, deux sœurs vivent seules après la disparition de leurs parents, une disparition qui a coïncidé avec de nombreux évènements….coupures d’électricité, pénurie d’essence, supermarchés dévalisés, un glissement vers un monde « sans »…Au début, Nell, Eva ont fait « comme si », comme si le monde connu allait revenir, comme si l’électricité allait de nouveau être disponible, comme si les personnes ayant fui allait repeupler la ville. Désormais seules, les soeurs vont devoir repenser leur univers et leur vision du monde, aux prises avec ce monde connu qu’elles doivent quitter pour un autre à réinventer, dans un long cheminement difficile et libérateur.
    Avec Dans la forêt, Jean Hegland propose un conte sombre où les deux héroïnes prennent conscience qu’elles doivent s’adapter, se battre, renoncer à un passé à jamais disparu pour reconstruire différemment en s’adaptant à l’environnement naturel et à cette forêt qui, d’hostile va apparaître au fil du conte, nourricière. Un roman dense et profond comme la forêt…

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.