La littérature roumaine à l’honneur

La littérature roumaine est peu connue en Belgique. Elle est pourtant d’une grande richesse : tantôt émouvante, tantôt innovante, elle est sans aucun doute le reflet passionnant d’un pays chargé d’Histoire. À l’occasion d’Europalia Romania, les bibliothèques  vous proposent une sélection d’ouvrages d’auteurs roumains à découvrir de toute urgence. (Et beaucoup d’autres, dans nos rayons.)
Et ne manquez pas le samedi 23 novembre, une journée spéciale autour de la littérature et des contes.

 

“La nostalgie” de  Mircea Cartarescu – P.O.L (1993)
Oeuvre de jeunesse d’un auteur incontournable, “La nostalgie” rassemble cinq nouvelles distinctes qui se répondent l’une l’autre et font partie du même univers. Un univers subversif, mystérieux et changeant qui nous interroge sur le temps et l’espace et qui fait la part belle aux périodes de l’enfance et de l’adolescence. Un auteur et une oeuvre fascinants.

 

 

 

“La vodka du diable” de George Arion – Genèse Ed. (2017)
Deuxième roman qui met en scène l’anti-héros fétiche de George Arion,  Andreï Mladin, journaliste paria, ici envoyé dans les tréfonds de la Roumanie pour écrire un article sur l’agriculture. Un polar haletant et drôle qui est l’occasion pour l’auteur de dénoncer avec ironie les conditions de vie dans la Roumanie de Ceau?escu.

 

 

 

“Contes, souvenirs d’enfance et histoires” d’Ion Creanga – l’Harmattan (2016)
Auteur incontournable du 19ème siècle, Ion Creanga est connu pour sa vie exceptionnelle mais aussi et surtout pour avoir défendu corps et âme la culture populaire Roumaine faisant ainsi des histoires et légendes de l’enfance, des chef-d’oeuvres n’ayant rien à envier aux plus grands classiques littéraires.

 

 

 

 

“Turbulences balkaniques” de Michel Ionascu – l’Harmattan (2018)
Spiridon et Petre sont frères mais se connaissent à peine. Emportés par les “turbulences balkaniques” du 20ème siècle, nous suivons leurs parcours chaotiques et solitaires  mais empreints d’un même besoin viscéral : s’affranchir d’une société autoritaire et gagner sa liberté…quel qu’en soit le prix!

 

 

 

 

“Mémoires d’orphelin” d’Alina Marin et Sabine Sautel – Le Faucon d’Or (2015)
Alina Marin a vécu l’enfer des orphelinats sous Ceau?escu. Elle nous raconte ici son histoire, les rencontres qui ont changé sa vie mais aussi comment elle a renoué avec la tendresse. Un récit personnel puissant, rempli d’espoir et un merveilleux exemple de résilience.

 

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.