Suggestions du Club de lecture (octobre 2016)

Chères lectrices, chers lecteurs, voici les suggestions du Club de lecture pour le mois d‘octobre 2016:

MAKINE, Andreï.
– La fille d’un héros de l’Union soviétique (1990)
– L’amour humain (2006)
STAALESEN, Gunnar. Le loup dans la bergerie (1977)
LONDON, Jack. L’appel de la forêt (1903)
LOUIS, Édouard. En finir avec Eddy Bellegueule (2014)
KRISTOF, Agota. Le grand cahier (1986)
ZWEIG, Stefan. La pitié dangereuse (1939)


Prochain Club de lecture le mardi 22 octobre 2016

Animation et contact : Véronique Camus – vroniquecamus@gmail.com

N’hésitez pas à laisser un commentaire ou une critique à propos d’un des livres cités ci-avant.

Une réflexion au sujet de « Suggestions du Club de lecture (octobre 2016) »

  1. L’appel de la forêt – Jack London
    Buck, quatre ans, chien de garde, coule des jours heureux chez le juge Miller quand un des employés du juge le vend pour quelques dizaines de dollars, scellant son destin. De caractère doux il va, après avoir été maltraité brutalement, se transformer en un animal roublard, résistant et particulièrement malin pour survivre dans toutes les conditions de vie. Il va alors devenir chien de traîneau aux services de chercheurs d’or dans le grand nord, puis racheté par un couple qui l’entraîne dans un voyage le laisse presque mort. Efflanquée, affaibli, il va être enfin être repéré par un trappeur, pour vivre une véritable histoire d’amitié, faite d’échange et de respect. Puis, de nouveau seul après une attaque violente menée par des indiens, son instinct et son désir de liberté vont prendre le pas et lui permettre d’être enfin libre.
    Un hymne à la liberté, un retour à la nature subi d’abord, puis accepté et désiré, c’est l’appel de la forêt pour Buck, un apprentissage difficile, au gré des expériences quelques fois heureuses mais plus souvent cruelles qui vont forger son caractère, l’affûter et le préparer à son émancipation et retrouver ainsi son instinct originel de chien dominant et solitaire.
    Jack London avec l’appel de la forêt nous offre un livre d’apprentissage, lyrique, cruel et généreux qui transcende Buck, chien domestique en un animal qui se révèle d’exception qui s’affranchit des hommes et assume enfin son destin.
    Un grand livre.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.